Combien de fois je me suis réveillée en me disant : “Wah, mon cerveau est capable de produire des histoires incroyables” ? Pour moi, chaque rêve peut devenir un potentiel sujet de livre, de poème, de nouvelle ou encore de chanson. Écrire ses rêves pour ne pas les oublier est une source inépuisable de nouvelles idées et un super exercice pour développer sa créativité.

Mode d’emploi de l’écriture des rêves

Garde toujours un carnet et un stylo à côté de ton lit. Le souvenir d’un rêve s’estompe rapidement. À ton réveil, tu n’as que quelques minutes, voire secondes, pour le mettre sur le papier avant qu’il ne disparaisse. Garde ton carnet à portée de main, si possible, ouvert à la bonne page pour ne pas perdre du temps à la chercher.

Fais sonner ton réveil plusieurs fois dans la nuit. Pendant une nuit de 8 heures, notre cerveau produit entre 3 et 5 rêves. L’idéal pour s’en souvenir est de faire sonner ton réveil après chaque cycle de sommeil, donc toutes les 90 minutes. Bien entendu, je ne te conseille pas de le faire toutes les nuits. Un bon dodo, c’est sacré !

Mes rêves à moi

Pour ma part, j’écris mes rêves depuis quasiment quinze ans. Au-delà d’y puiser l’inspiration pour écrire, cela me permet également de mieux me connaître. J’ai des dizaines de carnets remplis de mes histoires nocturnes que j’aime relire régulièrement. Ils sont un peu comme un journal intime de mon inconscient.

via GIPHY

Et comme je suis sympa, voici un petit florilège de mes rêves livresques (comme vous l’avez remarqué, je suis un peu obsédée par cette thématique) :

 

La disparition du métier de libraire

À cause du trop grand nombre de thrillers publiés, toutes les librairies françaises ferment et les libraires sont obligés de migrer aux Seychelles. Hélas, les livres étaient tellement mauvais ces dernières années qu’ils ne savent quasiment plus lire.

Je suis Harry Potter

Je suis Harry Potter, mais ne parle pas la même langue que les autres élèves de Poudlard donc personne ne me comprend et je ne peux pas réaliser ma destiné de héros principal de roman. Comme ça m’énerve, je casse tout.

Un homard qui porte bien conseil

Je fais une des meilleures école d’art pour apprendre à faire des livres pour enfants. Mon projet de fin d’étude a pour héros un homard géant qui répète en boucle : « Voici un homard qui porte bien conseil, voici une BISQUE de homard qui porte bien conseil ».

L’apprentissage de la langue

Je me rends chez un magicien qui me demande de me présenter : « Bonjour, moi c’est Marine, fac de lettres ». Outré par mon langage, il s’exclame qu’il va m’apprendre à mettre un peu plus de féérie dans mes propos.

Et toi, quels sont tes rêves livresques les plus farfelus ? Raconte-les moi dans les commentaires.

Et n’oublie pas :

via GIP

Marine Nina

Article rédigé par :

Maman de La vie est un roman, je suis aussi éditrice, rédactrice et libraire à Paris. Ma vie est un livre composé de mots doux, de musique, d’images et de papier. Le tout donne une pâte à mâcher avec laquelle on peut fabriquer de jolies choses, comme ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *