06.01.2017

Chroniques

L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante

Il y a quelques mois, une de mes meilleures amies m’a mis le premier tome de la saga d’Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, dans les mains en me disant : «  Prends-le, je suis sûre qu’il va te plaire ». Comme les héroïnes de ce roman, nous sommes totalement différentes à de nombreux égards (notamment en termes de goûts littéraires), et pourtant, elle me connaît et elle a vu juste.

Une certaine notion de l’amitié

Ce roman écrit à la 1ère personne conte l’amitié complexe qui unit Elena et Lila. On y suit les aventures des deux fillettes de l’enfance à l’adolescence dans un sombre quartier pauvre de Naples des années 50, rythmées par l’ébullition d’une violence ambiante. Leur amitié sera à l’image de leur environnement, à la fois brutale et initiatique. Mais un rêve commun les unit : sortir de leur condition sociale grâce à l’instruction et à l’écriture d’un livre.

Une auteur toute aussi prodigieuse et mystérieuse que ses personnages

J’étais en pleine lecture du livre quand le scandale autour de l’identité de l’auteur a éclaté. Alors qu’Elena Ferrante est un pseudonyme, un journaliste révèle l’identité de l’écrivaine qui se cache derrière celui-ci (voir l’article sur FranceInfo.fr). L’idée de ne pas connaître son vrai nom me plaisait beaucoup. Elena est d’ailleurs le prénom de la narratrice du livre. Coïncidence ? Bien sûr que non ! Le personnage a ici dépassé les limites de la fiction et est entré dans le monde réel. Comme si l’héroïne avait atteint le rêve qu’elle poursuit tout au long du récit : écrire un livre.

Fort, prenant et bouleversant, L’amie prodigieuse fait partie de ces livres qui laissent une trace quelque part dans notre esprit. Ceux grâce auxquels on ne verra plus jamais la vie tout à fait comme avant.


L’amie prodigieuse est le 1er tome d’une saga parue aux éditions Gallimard. La suite s’intitule Le nouveau nom et la troisième partie, Celle qui fuit et celle qui reste, vient tout juste de paraître en librairie.

Marine Nina

Article par Marine Nina

Maman de La vie est un roman, je suis aussi professionnelle du livre, rédactrice et bibliothérapeute à Paris. Ma vie est un livre composé de mots doux, de musique, d’images et de papier. Le tout donne une pâte à mâcher avec laquelle on peut fabriquer de jolies choses, comme ce blog.

À lire aussi

Voir plus d'articles similaires

Ateliers de bibliothérapie

Faites-vous du bien et apprenez à mieux vous connaître grâce à la lecture et aux mots.

Découvrir les ateliers

Ailleurs sur le blog

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

adipiscing risus. mattis commodo luctus id, Aliquam risus elit.