21.10.2018

Chroniques

Sorcières, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet

Il y a certains livres qui semblent s’être immiscés dans mon esprit pour poser ma pensée sur du papier. Sorcières, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet, journaliste au Monde Diplomatique, en fait partie.

Je suis une sorcière

Je savais que ce livre allait raisonner en moi. Tout d’abord parce que la thématique des sorcières m’a toujours intéressée, étant moi-même portée sur la chose depuis mon enfance. Mais, en lisant le livre de Mona Chollet, j’ai pris conscience que mon statut de « sorcière » et mon statut de femme n’étaient pas deux aspects séparés de ma personnalité. C’est un tout et l’un répond à l’autre. La femme que je suis devenue aujourd’hui s’est nourrie de cette figure qui se veut indépendante, insaisissable et en décalage face à la société dans laquelle elle vit.

Sois femme et tais-toi

Je suis d’un naturel plutôt optimiste. J’aime voir le verre à moitié plein. Mais, comme tout le monde, j’ai des colères enfouies en moi, des sentiments d’injustices que j’essaye de combattre au quotidien.

Dans son livre, Mona Chollet a réussi à mettre le doigt sur la plupart des injonctions contre lesquelles je m’insurge : la place de la femme dans la société, face à la médecine, l’obligation d’être belle, douce, de ne pas vieillir, la vision négative de la femme indépendante, sans enfant. Des problématiques que la journaliste met en lumière et combat de sa plume aiguisée.

« On ne naît pas femme, on le devient. », Simone de Beauvoir.

Aujourd’hui, mon plus grand sentiment d’injustice est d’être née dans un corps sexué et que cela ait un impact au quotidien dans ma vie.

Aujourd’hui, ma plus grande force est d’être née dans un corps sexué et d’avoir en moi ce sentiment d’injustice qui me pousse chaque jour à imaginer ma vie et à disposer de mon corps tel que je l’entends.


Sorcières, la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, Zones, éditions de la Découverte.


Si tu aimes les livres féministes, je te conseille de faire une tour sur ma chronique du livre de Sylvia Plath, La cloche de la détresse : le monde n’est qu’un mauvais rêve.

Marine Nina

Article par Marine Nina

Maman de La vie est un roman, je suis aussi professionnelle du livre, rédactrice et bibliothérapeute à Paris. Ma vie est un livre composé de mots doux, de musique, d’images et de papier. Le tout donne une pâte à mâcher avec laquelle on peut fabriquer de jolies choses, comme ce blog.

À lire aussi

Voir plus d'articles similaires

Ateliers de bibliothérapie

Faites-vous du bien et apprenez à mieux vous connaître grâce à la lecture et aux mots.

Découvrir les ateliers

Ailleurs sur le blog

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donec luctus sem, vulputate, id nunc odio non justo in commodo ultricies