Direction le Québec, à la rencontre de Christine qui nous parle de son tatouage inspiré par le sublime livre L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera.

Qui es-tu ?
Moi, c’est Christine. 31 ans. Libraire. Québécoise. Archiviste en devenir. Amoureuse des chats. Amoureuse tout court. Buveuse de café invétérée. Et, lectrice affamée, évidemment.

– Peux-tu nous présenter ton tatouage livresque ?
Une photo vaut 1000 mots, mais voilà, c’est le proverbe allemand « Einmal ist keinmal » issu du roman L’insoutenable légèreté de l’être. Je ne parle pas allemand, mais j’en connais la traduction grâce au roman. D’ailleurs, c’est important pour moi de toujours spécifier que mon tatouage doit être pris dans le contexte de la citation du livre. C’est pour ce que l’auteur, Milan Kundera, en a fait que je me le suis fait tatouer.

– Que représente-t-il pour toi ?
On me demande souvent la traduction. Quand j’explique que ça veut dire « Une fois ne compte pas », on me sort à coup sûr : « Alors toi, si tu trompes ton copain juste une fois, ça compte pas ? ». Ce n’est pas du tout ce qu’il veut dire pour moi. Vous avez pu lire l’extrait de la citation. C’est exactement ce qu’il représente. Ce passage de L’insoutenable légèreté de l’être m’a vraiment marqué parce qu’il a réussi à mettre des mots sur un malaise que j’éprouvais face à la vie : Comment savoir que je prends la bonne décision? Il n’y a aucun moyen… Aussi bien foncer ! Malgré la confusion qu’il peut occasionner, je l’adore, même après 3 ans, puisqu’il est significatif pour moi.

– Pourquoi avoir choisi ce livre en particulier ?
Je lis beaucoup, j’aurais pu choisir n’importe quoi. Mais, je vais vous faire une confidence, je suis une lectrice à la mémoire de poisson rouge. J’ai du mal à me souvenir du nom des personnages d’un roman terminé la semaine dernière… Pourtant, même si j’avais lu ce passage il y a une dizaine d’années, il me revenait à l’esprit souvent. Je savais que je voulais avoir un tatouage qui représente la littérature, parce que ça fait partie de moi et c’est venu tout naturellement avec cet extrait en particulier.

– Dans quel salon as-tu fait ton tatouage et pourquoi celui-ci ?
C’est quand même une drôle d’histoire. J’avais choisi de me faire tatouer cette citation et je la traînais dans mon sac à main depuis quelques semaines. J’étais supposée y aller avec ma sœur… Je venais tout juste de me séparer et je ne sais pas trop, j’avais envie de me sentir vivante, j’imagine… Et ça devait se passer là, maintenant! Alors, sur mon heure de dîner, au travail, je suis allée au salon de tatouage à côté de la librairie et voilà ! C’était fait ! Je pense que ça m’a pris plus de temps me relever de la chaise du tatoueur qu’il en a pris pour me tatouer. J’étais toute étourdie de ce que je venais de faire !

– Est-ce toi qui l’a dessiné ou ton tatoueur ?
C’est la calligraphie de ma grande sœur ! 😊

– Pourquoi avoir choisi de faire un tatouage en lien avec un livre ?
Les livres ont toujours fait partie de moi, je trouvais cette association tout à fait naturelle, mais je suis encore à la recherche du tatouage qui démontrera réellement ma passion pour l’objet, au-delà de l’aspect littéraire.

– As-tu d’autres tatouages et as-tu prévu de t’en faire de nouveaux ?
Oui, j’en ai d’autres. Celui sur mon poignet était mon premier, d’où mon étourdissement. Quand j’ai fini par me lever, le tatoueur m’a dit qu’on se reverrait bientôt. Je lui ai répondu que je n’en voulais qu’un dans ma vie et que c’était fait. Il m’a fait un clin d’œil et un petit sourire en coin : « On verra… ». Je suis rendue à 4 et je prépare mon projet pour le cinquième que je devrais faire au printemps. On devient accroc, je vous le jure !

 


La tatouage livresque de Christine a été réalisé au salon Tatouage Freestyle à Sainte-Thérèse.


Merci Christine d’avoir partagé ce petit bout de toi avec nous.

Toi aussi, tu es un lecteur tatoué et tu souhaites en parler sur La vie est un roman ? Envoie-moi un mail ici.

Marine Nina

Article rédigé par :

Maman de La vie est un roman, je suis aussi éditrice, rédactrice et libraire à Paris. Ma vie est un livre composé de mots doux, de musique, d’images et de papier. Le tout donne une pâte à mâcher avec laquelle on peut fabriquer de jolies choses, comme ce blog.

6 commentaires

  1. Pendant mes vacances dans le Sud, dans le train, j’ai croisé une fille qui avait « RILKE » tatoué sur le bras, j’aurais dû lui donner l’adresse de ton blog 😀

    1. C’est clair ! ^^
      Ça m’est arrivé une fois au salon du livre de Paris de demander une demoiselle couverte de tatouages livresques si ça l’intéresserait de parler de ses tatouages sur mon blog. Elle m’a regardé bizarrement et est limite partie en courant. 😉

  2. Très beau témoignage et très beau(x) tatouage(s) !
    C’est fou ce qu’expliquer la signification d’un tatouage prouve à quel point c’est une décision intime. L’extrait du roman est intense, je suis très touchée.
    Merci Christine 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *